Sandra Sammartino joue le rôle de Mimi, la petite fille de La Bouche de Jean-Pierre, le moyen métrage qu'a réalisé Lucile Hadzihalilovic en 1996 et sur lequel Gaspar Noé était cadreur.


Comment avez-vous eu vent du projet de Lucile Hadzihalilovic et comment s'est déroulé le casting ?


En fait je me suis retrouvée sur le casting de La Bouche grâce à une amie de ma mère. Si ma mémoire est bonne, elle avait été prise comme accessoiriste ou costumière sur ce projet et Lucile n’avait pas encore trouvé sa « Mimi ».

Comme toutes les petites filles j’avais des rêves et j’en parlais. Je voulais être actrice. Et cette amie en question, connaissant mon attirance pour ce métier, a parlé à ma mère du casting. Quand ma mère m’a proposé de tenter j’ai tout de suite accepté de passer des essais et voilà comment je me suis retrouvée un jour face à Lucile.

Je me souviens un peu du 1er jour où j’ai vu Lucile, c’était dans un atelier sur Paris, je crois qu’à ce moment précis je n’aurais jamais pensé que je serai prise, il y avait cette dame brune qui allait jouer la mère de Mimi et moi j’étais toute blonde ! Mimi était triste, moi j’étais joyeuse… Il y avait des photos d’autres petites filles sur le mur… Et puis j’ai pris tout cela comme un jeu, je savais pourquoi j’étais là, mais je ne réalisais pas vraiment. Je pense que ma spontanéité a du plaire à Lucile…


Vous étiez adolescente à l'époque. Quelle a été la réaction de vos proches par rapport au fait que vous alliez être le personnage principal d'un moyen-métrage au sujet plutôt lourd ?


Je tiens à préciser que je n’étais pas adolescente à l’époque du film, j’avais 11 ans ce qui change beaucoup les réponses aux questions. Peu de personnes savaient que je tournais et le peu au courant ne m’en ont pas parlé sûrement à cause de mon jeune âge… Il y a  certainement eu quelques réfractaires qui ne comprenaient pas que ma mère accepte que je tourne dans un film de ce genre et qui ont du penser que j’allais me retrouver dans du porno amateur !! Mais de tout ça je n’entendais que des bribes… J’étais trop jeune pour qu’on s’adresse à moi directement et ma mère a fait taire les mauvaises langues !!


Il y a, dans La Bouche de Jean-Pierre certaines séquences plutôt "complexes" à tourner que ce soit pour les adultes ou pour vous. Je pense plus particulièrement aux attouchements du fameux Jean-Pierre. Comment les avez-vous abordées ?


Concernant la fameuse scène du salon je suis sûre avec le recul que cette scène était plus dure pour Michel que pour moi ! Il tournait avec son esprit d’adulte et il a du redouter cette scène… Moi je n’avais pas de texte à apprendre, ni de gestuelle particulière à adopter, j’étais assez libre. Dix minutes avant je ne savais pas encore ce qu’allait être la prochaine scène, je n’avais pas à me préparer pour une scène particulièrement difficile et on m’a expliqué ça comme à une enfant ! Un peu comme un jeu… Personne ne m’a jamais parlé brutalement en me disant «c’est une scène d’attouchement, tu es face à un pédophile ça va être dur » ! C’est pourquoi je n’ai pas eu d’appréhension, une certaine gêne c’est sûr mais (je me répète) pour moi tout cela n’était qu’un jeu !! Je prenais beaucoup de plaisir sur le tournage et je m’entendais très bien avec Michel, j’ai su faire la distinction entre lui et Jean Pierre… Mais je me rappelle m’être dit, « Il est vraiment con ce Jean Pierre, pourquoi il fait ça ? ! » car dans mon jeune esprit ce genre de personnage n’existait pas dans la réalité. J’aurais sûrement eu plus de mal si j’avais été en âge de comprendre ce que je tournais.


Pourriez-vous nous parler de votre rencontre avec Lucile et Gaspar Noé et de votre travail avec eux ?


Ils ont été d’une gentillesse extrême… Ils ne m’ont rien imposé, tout se faisait au feeling. Ils m’expliquaient la scène le plus simplement possible et ensuite c’était comme je le sentais avec leur conseil en plus. Ils ont été très patients car ça ne devait pas être facile de diriger une petite fille qui ne comprend pas vraiment ce qu’elle joue ! Je ne les remercierais jamais assez de m’avoir donné ma chance !! Ils m’ont emmené au festival de Cannes, de Clermont-Ferrand, à la soirée des Lutins, c’était magique !! Ils ont donné vie à mon rêve…


Suivez-vous aujourd'hui leurs carrières ou êtes-vous restée en contact avec l'un et l'autre ?


Je leur voue une admiration sans borne… bien sûr je continue à suivre leur carrière respective… Quand l’un ou l’autre passe à la TV j’enregistre l’émission, je découpe les articles… Il m’arrive d’avoir Gaspar au téléphone, je lui envoie des textos mais ça fait assez longtemps que je ne les ai pas vu, à mon grand regret cependant, mais ils sont très pris et je le comprends.


Avez-vous tourné dans d'autres courts ou longs-métrages par la suite et que retenez-vous de cette aventure ?


Je n’ai jamais renouvelé l’expérience, j’ai ensuite fais quelques photos pour des magazines japonais et mon aventure artistique s’est arrêtée là. Mais quelle belle aventure !!


(Un grand merci @ Mlle Sandra Sammartino)

Sandra Sammartino plays the role of Mimi, the granddaughter of La Bouche by Jean-Pierre (Parental Guidance), the medium-length film directed by Lucile Hadzihalilovic in 1996 and on which Gaspar Noé was the cameraman.


How did you hear about Lucile Hadzihalilovic's project and how did the casting go?


In fact I found myself on the casting of La Bouche thanks to a friend of my mother. If memory serves, she was taken as props or costume designer on this project and Lucile had not yet found her "Mimi".

Like all little girls I had dreams and I talked about them. I wanted to be an actress. And this friend in question, knowing my attraction for this job, spoke to my mother about the casting. When my mother suggested that I try, I immediately agreed to take the tests and that's how I found myself one day facing Lucile.

I remember a little the first day when I saw Lucile, it was in a workshop in Paris, I believe that at that precise moment I would never have thought that I would be taken, there was this brunette lady who was going to play Mimi's mother and I was all blonde! Mimi was sad, I was happy… There were pictures of other little girls on the wall… And then I took it all like a game, I knew why I was there, but I didn't really realize . I think my spontaneity must have appealed to Lucile ...


You were a teenager at the time. What was the reaction of your relatives to the fact that you were going to be the main character of a medium-length film with a rather heavy subject?


I want to clarify that I was not a teenager at the time of the film, I was 11 years old which changes the answers to the questions a lot. Few people knew that I was filming and the few in the know did not tell me about it surely because of my young age… There were certainly some refractories who did not understand that my mother accepts that I shoot in a film of this kind. kind and who must have thought that I was going to end up in amateur porn !! But of all that I only heard bits and pieces… I was too young to be addressed to me directly and my mother silenced the bad tongues !!


There are, in La Bouche by Jean-Pierre, certain rather "complex" sequences to shoot, whether for adults or for you. I am thinking more particularly of the touching of the famous Jean-Pierre. How did you approach them?


Regarding the famous scene of the living room I am sure with hindsight that this scene was harder for Michel than for me! He was turning with his adult spirit and he must have dreaded this scene… I had no text to learn, nor any particular gestures to adopt, I was quite free. Ten minutes before I still didn't know what the next scene was going to be, I didn't have to prepare for a particularly difficult scene and it was explained to me like a child! A bit like a game ... No one has ever spoken to me brutally, telling me "it's a touching scene, you're facing a pedophile, it's going to be hard"! This is why I had no apprehension, a certain embarrassment for sure but (I repeat myself) for me it was all just a game !! I had a lot of fun on the set and I got along very well with Michel, I was able to distinguish between him and Jean Pierre… But I remember thinking to myself, "This Jean Pierre is really stupid, why he does that ? ! Because in my young mind this kind of character did not exist in reality. I would surely have had more trouble if I had been old enough to understand what I was shooting.


Could you tell us about your meeting with Lucile and Gaspar Noé and your work with them?


They were extremely kind… They didn't impose anything on me, everything was done by feeling. They explained the scene to me as simply as possible and then it was as I felt with their advice as well. They were very patient because it couldn't be easy to direct a little girl who doesn't really understand what she is playing! I can't thank them enough for giving me my chance !! They took me to the Cannes and Clermont-Ferrand festivals, to the Elves' evening, it was magical !! They brought my dream to life ...


Do you follow their careers today or have you stayed in touch with both?


I have boundless admiration for them… of course I continue to follow their respective careers… When one or the other is on TV I record the show, I cut out the articles… I sometimes have Gaspar on the phone i text him but it's been quite a while since i last saw them, much to my regret though, but they are very busy and i understand it.


Did you shoot in other short or feature films afterwards and what do you remember from this adventure?

I never repeated the experience, I then took some pictures for Japanese magazines and my artistic adventure ended there. But what a great adventure !!


(A big thank you @ Miss Sandra Sammartino)

Sandra Sammartino

Actrice

Actress

LTDT. Entretien avec Sandra Sammartino. Le Temps Détruit Tout. [en ligne]. Publié le 4 septembre 2005. Consultable à l'adresse : http://www.letempsdetruittout.net/interviews/sandra-sammartino

✓ Text copied

Le Temps Détruit Tout — 2021

Unofficial website dedicated to Gaspar Noé